Notre site va connaître un coup de frais. A découvrir bientôt !

ES-Infos

Newsletter de l’Économie Sociale

Découvrez chaque mois l’actualité de l’économie sociale

Gérer vos abonnements

ES-infos 85 - Décembre 2011


Actu du secteur

STATISTIQUES DE L’ECONOMIE SOCIALE
Lancement de l’Observatoire de l’Economie sociale

Dans le contexte de crise économique et financière qui frappe notre pays comme l’économie mondiale, nombreux sont ceux qui sont à la recherche de modèles d’entreprises qui y résistent.
« En privilégiant l’intérêt de la collectivité et des membres sur celui des actionnaires, le travail et les personnes sur le capital financier, les entreprises de l’économie sociale affichent une stabilité et une santé qui contrastent avec le climat ambiant. » Cette affirmation, nombreux sont les défenseurs de l’économie sociale à l’avancer. Et tout aussi nombreux sont ceux, parfois sceptiques voire critiques, à devoir les croire sur parole ou, à tout le moins, sur la seule base d’une initiative érigée en modèle. Et cela, faute de statistiques pour confirmer les professions de foi ou infirmer les idées reçues.
D’ici peu, les tenants de l’économie disposeront de bien plus que leur « foi inébranlable » pour défendre les performances de l’économie sociale tandis que les sceptiques ou critiques ne pourront plus balayer leurs arguments d’un simple revers de la main sous prétexte que leurs affirmations ne reposent sur aucune base statistique voire scientifique.
En effet, avec le soutien du Programme européen transfrontalier Interreg IV, ConcertES, la concertation des organisations représentatives de l’économie sociale, et ses membres ont créé l’Observatoire pour l’Economie sociale wallonne et bruxelloise, en partenariat avec la CRESS Nord – Pas-de-Calais. Son lancement officiel aura lieu le 19 décembre prochain (voir agenda ci-après).
Dorénavant, des questions telles que « quelle est la part de l’emploi de l’économie sociale dans l’emploi total en Wallonie et à Bruxelles ? Combien d’emplois, l’économie sociale a-t-elle créés au cours de l’année écoulée ? Combien d’utilisateurs bénéficient des services de telle catégorie d’entreprises d’économie sociale ? Quelle est la contribution de l’économie sociale au PIB ?... Et bien d’autres » trouveront des réponses chiffrées qui seront régulièrement mises à jour et permettront des comparaisons dans le temps et entre secteurs. De plus, l’Observatoire pour l’Economie sociale se livrera également à des études sur la base des données statistiques recueillies, qui feront l’objet de publications régulières.
Un outil indispensable pour les acteurs de l’économie sociale afin d’appuyer leur argumentaire. Un outil tout aussi utile pour les décideurs politiques, qui pourront ainsi mesurer les impacts des mesures touchant l’économie sociale. Un outil tout aussi attendu par le monde académique et les journalistes, qui trouveront matière à alimenter leurs recherches et à illustrer leurs articles. 

Plus d’infos :

Observatoire pour l’Economie Sociale, tél. 010/45 74 50 - courriel : contact@observatoire-es.be - Site Internet : www.observatoire-es.be


2012, ANNEE DES COOPERATIVES
Damnet met les coopératives à l’agenda de la Wallonie

Faut-il encore présenter Damnet SCRL qui, le mois passé, nous conviait à fêter ses 10 ans d’existence ? Une coopérative namuroise spécialisée dans l’installation, l’administration et la maintenance de réseaux et parcs informatiques pour petites et moyennes organisations. Mais aussi une coopérative où les travailleurs sont associés au capital après une année prestée et où les décisions se prennent selon le principe : 1 homme, 1 voix.
Alors que la plupart des entreprises privées classiques se débattaient dans les affres de la crise, Damnet n’est pas peu fière d’avoir pratiquement doublé son emploi à 20 travailleurs depuis 2008, d’avoir payé des impôts à concurrence de 30.000 euros pour un bénéfice de 84.000 euros au titre de l’exercice 2010 et d’afficher un chiffre d’affaires qui atteindra quelque 1,6 million d’euros fin 2011... Un modèle qui marche donc.
L’approche de 2012, déclarée par l’ONU « Année des coopératives », et la passion connue du Ministre Rudy Demotte pour le Web2.0, titillaient DAMNET sur ses chevaux de bataille : la coopérative avec participation des travailleurs au capital et l’informatique. Il n’en fallait pas plus pour lui donner une idée d’action politique : offrir un IPad 3G au Ministre Demotte afin de lui permettre de rester connecté et surtout d’avoir en permanence à son agenda les quelques dates clés relatives à l’Année des coopératives. Damnet entendait ainsi faire en sorte que les coopératives soient également à l’agenda de la Wallonie. Le 15 novembre dernier, elle a rencontré le Ministre Président. Il s’est montré intéressé et a souhaité recevoir des informations plus précises sur les coopératives en Wallonie, plus particulièrement celles dans lesquelles les travailleurs s’impliquent dans le capital, et leurs revendications concrètes.

Plus d’infos :

Régis Warmont, Responsable Communication – Tél. : 081/51 04 86 – Courriel : rw@damnet.be – Site Internet : www.damnet.be


RECUPERATION
Des bulles d’un genre nouveau

Jusqu’au 30 novembre dernier et pendant une semaine, les voyageurs des gares d’Ottignies, Gembloux et Liège ont eu l’attention attirée par des bulles textiles d’un genre nouveau. Placées en ces lieux inhabituels, si leurs dimensions étaient connues, elles affichaient toutefois un look pour le moins surprenant dans le choix des couleurs et des éléments décoratifs plutôt étonnants comme ces multiples yeux scrutant les alentours… L’imagination était à l’ordre de la semaine !
Cette initiative revenait à l’ASBL Les Petits Riens, en partenariat avec les trois gares participantes, avec le soutien de Ressources, la Fédération des entreprises qui reçoivent, récoltent, trient, réparent, recyclent, relookent et revendent des objets et produits récoltés. Le but consistait à inviter les voyageurs à déposer dans les bulles les textiles dont ils n’avaient plus l’usage. Par ce geste, ils leur garantissaient une nouvelle vie grâce à l’entremise des travailleurs des Petits Riens.
Pour cette action, appel a été fait aux talents de groupements d’artistes, tels que maisons de jeunes, ou d’artistes issus des villes de Gembloux, Liège et Ottignies. Dès le 1er décembre, les bulles quitteront les gares pour rejoindre des endroits, toujours proches de celles-ci, conçus spécialement pour elles. Les utilisateurs des trains pourront donc toujours y accéder facilement.
Cette action s’inscrivait dans le cadre de la SERD (Semaine Européenne de la Réduction des Déchets), qui s’étendait du 19 au 27 novembre derniers. Une semaine au cours de laquelle les initiatives diverses n’ont pas manqué. Comme l’action « Waste Watchers » qui, au niveau européen, a permis de récolter 433 tonnes d’objets et donc d’économiser autant de ressources naturelles. En Wallonie et à Bruxelles, Ressources peut se réjouir de la réponse de la clientèle de ses sept entreprises participantes puisque, sur cette seule semaine, 80 tonnes d’objets ont été récoltées et 53 autres ont été revendues. Soit 18 tonnes supplémentaires de mobiliers, livres, vêtements, jouets qui ont trouvé une nouvelle vie, permis de réduire l’impact sur l’environnement et conforté des travailleurs dans leur emploi.

Plus d’infos :

Ressources ASBL , 98, rue Nanon à 5000 Namur – Arabelle Rasse : Tél. : 081/39 07 10 – Courriel : a.rasse@res-sources.be – Site : www.res-sources.be


EFFETS DE LA CRISE
Liquidation volontaire d’Arco

Mi-novembre, les Conseils d’administration des sociétés coopératives Arcopar, Arcoplus et Arcofin, faisant toutes parties du Groupe ARCO, ont décidé de proposer une liquidation volontaire à leurs Assemblées Générales extraordinaires respectives. Ces dernières sont convoquées le 8 décembre prochain.
Le Groupe ARCO est un groupe coopératif qui rassemble plus de 700.000 coopérateurs particuliers qui sont à l’origine de la majorité du capital des sociétés de financement Arcopar Scrl et Arcoplus Scrl. Arcofin Scrl est la société d’investissement du Groupe ARCO, qui a investi par le passé dans le Groupe Dexia. L’histoire débute en 2001 : Arco, bras financier du mouvement ouvrier chrétien et fort de ses centaines de milliers de coopérateurs, conclut une alliance entre sa banque, Artesia, et Dexia. Arco possède alors 15 % de la banque des communes et en devient un des plus gros actionnaires.
L’aggravation actuelle de la crise dans la zone euro a entraîné le démantèlement du Groupe Dexia et le Groupe ARCO reste, lui, actionnaire de la banque résiduelle… Cette dernière a publié le 9 novembre dernier une perte brute exceptionnelle de 10,5 milliards d’euros pour les trois premiers trimestres de l’année, ce qui aboutit à une diminution significative de ses fonds propres sans perspective réelle de rendement futur. Arcopar, Arcofin et Arcoplus sont donc confrontées à une réduction significative de valeur qui affecte l’actif net des coopératives. Arcofin n’a d’ailleurs plus perçu de dividendes en espèces du Groupe Dexia depuis 2008 et ne dispose pas de visibilité sur les possibles dividendes futurs. N’ayant plus les moyens de rembourser ses coopérateurs, Arco n’a alors eu d’autre choix que d’entrer en liquidation afin de se donner le temps de liquider ses actifs au meilleur prix possible. Arco devrait ainsi disposer d’un délai de deux à trois ans pour vendre toutes ses participations et ne permettre que par la suite à ses coopérateurs de quitter la société.
Le Groupe ARCO souligne que le Gouvernement belge a accordé une garantie d’Etat pour le capital des coopérateurs particuliers d’Arcopar, Arcofin et Arcoplus. Le fonds de garantie interviendra au terme de la liquidation. Ce dégât collatéral de la chute de Dexia pourrait coûter cher à l’Etat : les coopérateurs d’Arco bénéficieraient de la garantie sur les dépôts accordée à concurrence de 100.000 euros par personne.

Plus d’infos :

 


REGIE DES QUARTIERS
Premier projet pilote de régie d’habitat rural

Lancé en juin 2010 par le Fonds wallon du logement en partenariat avec la commune et le CPAS de Lobbes, le Forem et l’EFT L’Essor, ce projet pilote, baptisé « Régie d’habitat rural en Val de Sambre », est entré dans sa phase active. Actuellement, la Régie développe des formations centrées sur le maraîchage biologique et l’entretien des espaces verts. A terme, elle compte également lancer une formation en éco-construction.
Il faut dire que le lieu offre de nombreuses opportunités de chantiers et, donc, de formations en métiers de maraîchage, entretien des espaces verts et, plus tard, éco-construction. En effet, la ferme de Forestaille, qui accueille la Régie, est lovée dans un espace vallonné de 21 hectares en bord de Sambre et compte des bâtiments, dans un fort état de délabrement, autour d’une cour en carré de quelque 6.400 m². A terme, ceux-ci abriteront un habitat communautaire destiné à accueillir les stagiaires d’autres ASBL ou régies des quartiers, intéressés par les formations proposées par la Régie d’habitat rural en Val de Sambre. Une aile est réservée à l’aménagement de logements pour familles nombreuses et une autre aux locaux destinés aux formations de la Régie rurale.
La Régie d’habitat rural en Val de Sambre poursuit aussi ses missions habituelles : développement de la dynamique des quartiers et accompagnement socioprofessionnel des chômeurs. Avec, par exemple, dans la commune de Lobbes, l’entretien, par la dizaine de stagiaires, de vergers et prés fleuris, ainsi que la réouverture de sentiers communaux. La régie pratique aussi la culture maraîchère biologique sur 1,5 ha et la vente de la production aux habitants de la commune ainsi qu’aux épiceries sociales des CPAS de Lobbes et Thuin.

Plus d’infos :

Régie d’habitat rural en Val de Sambre – Ferme de Forestaille, 12 à 6542 Sars-la-Buissière – Tél : 071/55 70 61 – Contact : Jean-François Tesain, médiateur social : 0479/83 30 45 – Courriel : rhrjftesain@gmail.com

Imprimer l’Article
imprimer



Actu politique

WALLONIE
Insertion socioprofessionnelle : le cri d’alarme des MIREs

La Wallonie compte 11 MIREs (Mission Régionale pour l’Emploi) qui assurent le recrutement et la formation des demandeurs d’emplois difficilement plaçables sur le marché de l’emploi et à la recherche d’un emploi durable et de qualité. En tant qu’Agences de placement, elles réalisent la concordance entre les profils des candidats fragilisés qu’elles forment et accompagnent, et la demande des entreprises avec lesquelles elles négocient des conditions d’intégration favorables à ces travailleurs.
En 2010, près de 4.700 nouveaux travailleurs, soit 10% de plus qu’en 2009, ont été insérés sur le marché du travail via les MIREs, 3.055 emplois durables (de min. 6 mois), soit 24% de plus qu’en 2009, ont été proposés grâce au suivi réalisé en entreprise et 8.166 contrats, soit une augmentation de 15% par rapport à 2009, ont été impulsés et concrétisés par les MIREs. Le tout avec un effectif de personnel de 262 ETP.
Pourtant, le 8 novembre dernier, l’InterMire, leur structure d’appui, lançait un cri d’alarme. Si le financement des MIREs, gelé depuis 2008, n’était pas adapté afin de pouvoir faire face aux adaptations barémiques en vigueur dans le secteur, ainsi qu’à l’évolution du coût de la vie, et si l’avance sur la subvention structurelle pour 2011 n’arrivait pas rapidement, les MIREs courraient, selon elle, à la catastrophe.
A cet appel, relayé par plusieurs parlementaires, le Ministre Antoine a répondu, le 15 novembre dernier devant le Parlement wallon, par l’attaque. Exhibant un Rapport de l’Inspection Sociale de la Région, appuyé par le Forem, qui ferait état notamment de prise en charges par les MIREs de stagiaires qui ne devraient pas l’être par elles, de trains de vie très contrastés des MIREs et de réserves financières importantes.
L’InterMIRE, qui n’a toujours pas pu entrer en possession du Rapport dont fait état le Ministre, précise que les MIREs souhaitent se donner le temps de répondre au Ministre, après analyse des chiffres. Chacune d’elles entend le faire individuellement.
L’InterMIRE ne manque toutefois pas de rappeler que les MIREs sont organisées en ASBL, dont les organes de gestion sont composés des forces vives d’une région, et qu’à ce titre, elles sont tenues à des règles de gouvernance, garantes de la bonne gestion de l’argent public et de leur objet social.

Plus d’infos :

www.intermire.be


BRUXELLES
Economie et emploi : le Gouvernement bruxellois, les huit Centres d’entreprises et les cinq guichets d’Economie sociale

La Région de Bruxelles-Capital compte huit centres d’entreprises dans la Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP) située à proximité des rives gauche et droite du canal (à Schaerbeek, Molenbeek, Saint-Gilles et Bruxelles-Ville). Ces centres mettent des espaces à disposition des indépendants et PME en phase de démarrage à des tarifs préférentiels, et assurent un accompagnement professionnel à ces entrepreneurs. Ainsi, au 30 juin 2011, l’ensemble des huit centres comptait 359 entreprises installées dans leurs locaux, en augmentation de 3% par rapport à fin 2010, dans lesquelles 1.033 emplois étaient recensés, une augmentation de 26% par rapport à fin 2010. Outre ce rôle économique indéniable, ces centres jouent également un rôle plus large de revitalisation urbaine par leur implantation dans la ZIP.
Parmi les huit centres d’entreprises, le Centre Dansaert accorde une place de choix à l’économie sociale. En effet, à l’issue d’une procédure d’appel à candidatures, le Conseil d’administration du Centre Dansaert a choisi la coopérative d’activités Bruxelles Emergences pour en assurer la direction. Aux côtés d’une autre coopérative d’activités bruxelloise, DEBUuT, Bruxelles Emergences avait obtenu le prix de la jeune entreprise d’économie sociale d’insertion lors de l’édition 2010 du Prix de l’Economie sociale.
De leur côté, les cinq Guichets d’économie locale, eux aussi localisés dans la même ZIP, s’adressent aux entrepreneurs locaux en phase de démarrage. Ils les aident à concrétiser leur projet et travaillent, pour ce faire, en collaboration avec les Centres d’entreprises. En 2010, les cinq Guichets locaux bruxellois ont permis la création de 166 entreprises, une augmentation de 5 % par rapport à 2009.
Sur la base de ce bilan plus qu’encourageant, le Gouvernement bruxellois a décidé, début novembre, de poursuivre son soutien financier à des opérateurs. Au titre de l’exercice 2012, il octroiera donc 720.000 euros aux huit Centres d’entreprises et 410.000 euros aux cinq Guichets d’économie locale.

Plus d’infos :

Cabinet du Ministre Cerexhe – Kathrine Jacobs – Tél. : 02/508.79.17 – Courriel : kjacobs@cerexhe.irisnet.be – Site Internet : www.cerexhe.irisnet.be

Imprimer l’Article
imprimer



Actu de SAW-B

IMPULCERA
7ième édition

L’appel à projets ImpulCera ouvre sa 7ème phase de candidatures. Les candidats entrepreneurs peuvent s’inscrire entre le 15 novembre 2011 et le 15 février 2012. Lancé en décembre 2008, ImpulCera vise le soutien de projets d’entrepreneuriat en économie sociale. Les lauréats obtiennent une 1ère bourse de 5000€ pour étudier la faisabilité de leur idée. Si l’étude s’avère positive, ils peuvent postuler pour une 2ème bourse, de lancement cette fois, à hauteur de 10.000€, pour appuyer le démarrage de leurs activités. Les formulaires d’inscription, règlement et modalités pratiques sont disponibles sur le site de l’appel.

Plus d’infos :

SAW-B - Tél. : 071/53.28.30 - Courriel : infos@saw-b.be – Site : www.impulcera.be


NOUVELLE ANALYSE
Les métiers des EFT et OISP : enjeux et perspectives

A l’occasion de sa dixième assemblée thématique et festive, la fédération Aleap a réuni ses membres, dirigeants comme travailleurs d’EFT et OISP, pour réfléchir ensemble sur les évolutions des métiers de l’insertion socioprofessionnelle. Vous qui travaillez à cette insertion socioprofessionnelle des personnes sans emploi, qu’est devenu votre métier aujourd’hui ? En quoi consiste-t-il, comment a-t-il évolué ? Comment envisager l’avenir et que proposer pour remplir au mieux votre mission ? Telles sont les questions qui ont été posées aux formateurs métiers, aux formateurs de bases, aux intervenants socio-pédagogiques, au personnel administratif ainsi qu’aux directions et membres des CA. Cette analyse propose de partager leurs réponses et d’explorer les pistes d’action préconisées.

Plus d’infos :

www.saw-b.be/EP/2011/A1113metiers_ISP.pdf
 


NOUVELLE ANALYSE
Entreprise sociale et Union Européenne : opportunité pour l’Economie sociale ?

L’entrepreneuriat social a le vent en poupe et s’impose à l’agenda. L’économie sociale participe à cette percée et ses acteurs s’interrogent sur les contours que certains donnent à ce concept. L’Europe s’intéresse à l’entrepreneuriat social et compte s’appuyer aussi sur lui pour relancer le marché intérieur et la croissance. Alors que la commission présente un train de mesures de soutien à l’entrepreneuriat et à l’entreprise responsable, quelle vision l’UE propose-t-elle de l’entreprenariat social et de l’entreprise sociale ? Quelles mesures prévoit-elle, avec quel impact pour nos entreprises ?

Plus d’infos :

www.saw-b.be/EP/2011/A1114entreprise_sociale_UE.pdft


7 DECEMBRE 2011
Speed-Dating de l’Economie sociale

Les communes lancent régulièrement des adjudications et des appels d’offres dans le cadre de marchés publics et ne connaissent pas toujours les entreprises d’économie sociale actives dans leur région dans les secteurs tels que le gros œuvre, le parachèvement, l’isolation, l’Horeca, l’imprimerie, l’archivage ou les espaces verts.
SAW-B propose aux communes de la Province de Liège de rencontrer ces entreprises en une matinée. Dix minutes pour se connaître, convaincre et, qui sait, élargir la liste de ses contacts locaux. Chaque commune aura alors la possibilité d’introduire dans ses listes des entreprises d’économie sociale à consulter pour leurs marchés à bon de commande ou pour les marchés au dessous de 60.000 euros.

Plus d’infos :

Heures : 8h30 à 13 h - Lieu : Auberge de Jeunesse Georges Simenon, 2, rue Georges Simenon à 4000 Liège – Renseignements : SAW-B – Tél. : 071/53 28 30 - Courriel : info@saw-b.be – Site : www.saw-b.be 


8 DECEMBRE 2011
Les clauses sociales dans les marchés publics

Les clauses sociales constituent des outils simples et efficaces pour favoriser l’insertion socioprofessionnelle et la promotion de services locaux via les marchés de travaux et de services. SAW-B organise une rencontre-formation sur ce thème destinée tant aux décideurs politiques qu’aux personnel des services techniques et administratifs qui préparent les cahiers des charges dans les communes, à savoir notamment les chefs de travaux, les échevins des travaux et de l’emploi, les responsables des marchés publics, ainsi que les chargés de mission « développement durable ».
Organisée avec le soutien du Ministre bruxellois de l’Economie, de l’Emploi, de la Recherche scientifique et du Commerce, cette rencontre se veut interactive et concrète, en vue de préparer les services communaux à utiliser ce levier de politique pour l’emploi.

Plus d’infos :

Heures : 9h15 à 13h00 – Lieu : Espace Maurice Carême, 1-7, rue Chapelain à 1070 Bruxelles – Inscription auprès de Jean-Luc Bodson- Courriel : jl.bodson@saw-b.be

Imprimer l’Article
imprimer



Appels à projet

Caring Entrepreneurship Fund (CEF)

Le « Caring Entrepreneurship Fund » part du constat que, dans nos économies de marché, la création d’entreprises, notamment dans le domaine de la santé et du bien-être, est un moteur vital de développement et de progrès pour pallier des besoins médicaux non satisfaits et le vieillissement de la population. Dans ce contexte, il se propose d’accompagner de jeunes entrepreneurs dans leur démarche, en mettant à leur disposition l’expérience acquise, les réseaux et des moyens de financement.
Voici trois ans, Roch Doliveux, le CEO d’UCB, a lancé ce fonds suite aux licenciements chez UCB. Il a alors injecté personnellement 400.000 euros. Le CEF s’adresse à tout entrepreneur souhaitant créer une entreprise en Belgique dans les domaines de la santé, du bien-être et de l’encadrement des patients et de leur famille. L’aide peut prendre la forme d’un don, d’un prêt, d’une prise de participation au capital, de la couverture de frais d’expertise, du salaire de l’entrepreneur, de formations. Le montant maximum est fixé à 50.000 euros par projet. Deux sélections auront lieu en 2012.

Plus d’infos :

Date limite d’introduction des dossiers : 02/04/2012 – Dossier de candidature accessible sur le site Internet : http://www.kbs-frb.be/call.aspx?id=243920&LangType=2060 – Renseignements : Bénédicte Gombault - Tél. : 02/549 02 72


ECONOMIE SOCIALE ET INITIATIVES SOLIDAIRES
Appel à projets 2012

La Province du Luxembourg a décidé de promouvoir les initiatives solidaires en lançant un appel à projets. La Province souhaite ainsi jeter un coup de projecteur sur ce secteur de l’économie solidaire et aider à l’émergence de projets. L’appel à projets est accessible à un large public : personnes physiques ou morales, professionnels de l’Economie sociale (associations, coopératives, entreprises, communes, établissement public…), particuliers. Le candidat ou la structure devra être installé en Province de Luxembourg. Il est institué deux catégories : projet d’économie sociale et d’insertion (EI, ETA, EFT, OISP, coopératives, entreprises d’économie sociale…) et projet d’initiative solidaire (SEL, GAL, ASBL caritatives, coopératives citoyennes…).
Une enveloppe globale de 40.000 € est dédiée à cet appel à projets et les aides octroyées aux projets
sélectionnés pourront aller de 1.000 à 10.000 euros, couvrant, suivant la nature du projet, des coûts de conseil et d’accompagnement et/ou des investissements.

Plus d’infos :

Pour proposer un projet, il est requis de remplir un dossier de candidature, téléchargeable sur le site de la Province de Luxembourg : www.province.luxembourg.be ou disponible à la Direction du Développement Citoyen (061/61.00.44) – La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 28/02/2012 – Renseignements complémentaires : Province de Luxembourg, Direction du Développement Citoyen, Economie sociale, 13, Place du Fays à 6870 Saint-Hubert - Michel Koeune, - Tél. : 061.61.00.44 - Courriel : m.koeune@province.luxembourg.be

Imprimer l’Article
imprimer



Publications

REGARDS ECONOMIQUES, UCL/IRES, Numéro 91, Octobre 2011
Impacts des politiques des clusters sur les performances des entreprises – Enseignement de l’expérience française par Florian Mayneris

La concentration d’industries sur un territoire donné n’est pas récente. A la fin du XIXème siècle déjà, des économistes s’interrogeaient sur ce phénomène. Par contre, l’utilisation du concept de cluster ou district industriel est plus récente et date des années 80. A cette époque, alors que l’industrie commençait à décliner suite aux chocs pétroliers et à la concurrence, un pays semble mieux résister : l’Italie… Et cela, dans des secteurs traditionnels comme la chaussure, l’habillement et la fabrication de meubles. Or, la localisation de ces industries italiennes semblait obéir à une forte logique de concentration spatiale par secteurs d’activités. Il n’en faut pas plus pour que cette pratique devienne un modèle. Début des années 90, les politiques publiques visant à promouvoir les clusters se multiplient dans le monde. La Wallonie n’échappe pas à ce phénomène. Dès les années 2000, elle commence à soutenir une douzaine de clusters.
Ce numéro de la revue « Regards économiques » tente d’opérer une évaluation des politiques de clusters. L’auteur, Florian Mayneris, cherche à répondre aux questions suivantes : qui a réellement été aidé ? Quel a été l’impact de la politique de soutien sur les performances des entités aidées ? Ce numéro montre qu’un discours généralisant sur les politiques de clusters est impossible. Une politique de clusters n’est pas bonne ou mauvaise en soi. Certaines marchent, d’autres pas.

Plus d’infos :

Ce numéro peut être téléchargé gratuitement via le site Internet : http://sites.uclouvain.be/econ/Regards/Archives/RE091.pdf


NUMERO SPECIAL D’ALTER ECHOS
"Rural : le social est dans le pré"

Ce numéro spécial témoigne que « loin d’être figé dans le temps, le monde rural du XXIème siècle évolue pour se préserver. »
Ainsi, si l’agriculture apparaît comme un secteur en déclin du point de vue statistique, la demande d’une production agricole de qualité – bio ou non – augmente et les initiatives pour y répondre se multiplient tant de la part des agriculteurs que des consommateurs eux-mêmes.
Le travail de la terre, et singulièrement le maraîchage, apparaissent aussi comme des moyens d’insertion socioprofessionnelle, ainsi que de création d’activités et de liens sociaux en zones rurales (ex : jardins solidaires). Et, si le monde rural décline, la démographie des villages croît : l’arrivée des néoruraux contrebalance l’exode rural. Cette cohabitation ne se produit pas toujours sans heurt, elle pousse toutefois à imaginer de nouvelles formes de « vivre ensemble ». La campagne devient ainsi créatrice d’emplois et d’activités.

Plus d’infos :

Ce numéro spécial d’Alter Echos est téléchargeable gratuitement sur le site Internet : http://www.alterechos.be. Il peut également être commandé gratuitement (par trois exemplaires minimum) au 02/541 85 20 ou sab@alter.be

Imprimer l’Article
imprimer



Agenda

3 DECEMBRE 2011
700.000 volontaires et toi, et moi, et vous...

Certains aiment à dire que, sans les volontaires, notre société cesserait de tourner... La Plate-forme francophone du Volontariat et ses membres ont décidé de clôturer cette Année européenne du Volontariat en remerciant les 700.000 volontaires actifs en Fédération Wallonie-Bruxelles.
Durant cette journée, la Plate-forme francophone du Volontariat et ses membres solliciteront différents acteurs de la société à propos des actions qu’ils mènent pour reconnaître l’engagement citoyen. La parole sera donnée aux volontaires pour interpeller le monde des médias, de l’emploi et de l’éducation, afin de déterminer ce qu’ il est possible de mettre en place pour reconnaître le volontariat. 

Plus d’infos :

Heures : 9 h30 à 16h30 – Lieu : Auditoire Pedro Arrupe- Facultés Universitaires de Namur, 7, rue Grandgagnage à 5000 Namur – Contact et inscription : Tatiana Sarhane – Tél. : 02/512 01 12 – Courriel : reconnaissance@levolontariat.be – Site Internet : www.levolontariat.be


5 DECEMBRE 2011
Absentéisme en EI/EFT/OISP : la partie visible de l’iceberg ?

Après-midi - rencontre organisé par CAIPS dans le cadre du projet COJEST : cette initiative s’adresse plus particulièrement aux chefs d’entreprise. Elle comportera une partie réservée aux échanges de points de vue, ainsi qu’une rencontre formative qui portera l’attention sur la partie invisible de l’iceberg afin de proposer des pistes de formation à venir.

Plus d’infos :

Heures : 13h30 à 16 h – Lieu : Nouveau Saint-Servais, Bâtiment 20, 500, route de Gembloux à 5002 Saint-Servais. Renseignements et inscriptions : Jean-Paul Pirson - Courriel : caipsjpp@skynet.be


8 DECEMBRE 2011
La bonne gouvernance des ASBL

Session d’information organisée par Syneco : les associations se doivent d’instaurer des règles qui permettent d’atteindre de manière plus efficace et transparente ses buts sociaux. C’est à ces aspects que s’attachera la session.

Plus d’infos :

Heures : 13h50 à 17 h – Lieu : Dexia banque, Auditoire Brel, Passage 44 à 1000 Bruxelles – Prix : 59 euros/membres, 73,75 euros/non membres – Renseignements et réservations : Syneco ASBL – tel. : 02/246 50 30 – Courriel : info@syneco.be – Site Internet : www.syneco.be


8 DECEMBRE 2011
Les services sociaux sous une perspective européenne : correction du marché ou concurrence

Cette séance d’information s’adresse aux collaborateurs stratégiques, aux acteurs de l’économie sociale et aux citoyens qui manifestent de l’intérêt pour l’Europe et l’économie sociale. Cette journée est organisée par VOSEC et SAW-B, en collaboration avec le Kenniscentrum Sociaal Europa, et avec le soutien du SPP Intégration sociale.

Plus d’infos :

Heures : 9h30 à 16h30 – Lieu : SPP Intégration Sociale, Salle Rosa Parks, 2ième étage du WTC II, Boulevard Roi Albert II , 30 à 1000 Bruxelles - Inscription : gratuite et obligatoire via le site Internet : http://www.socialeeconomie.be/eu - Renseignements : VOSEC - Koen Repriels, koen.repriels@vosec.be, - Tél. : 02/274 14 50- Site Internet : www.socialeeconomie.be/eu 


Les 8 et 9 DECEMBRE 2011
Rencontres improbables : entre le social, la santé (mentale), l’éducation permanente et la culture

Une organisation du SAS, l’Autre « Lieu », et le Centre culturel d’Evere : à l’heure où les mots transversalité, multidisciplinarité, réseau, inter-secteur font une apparition très remarquée (ou plutôt un retour en force ?) dans les discours de nos décideurs politiques, il est paradoxalement bien malaisé de cerner ce que ce jargon recouvre. En quoi différents secteurs auraient-ils véritablement intérêt à travailler ensemble ? Comment faire émerger de nouvelles synergies sans nuire aux missions des associations qui les portent ? Lors de ces deux journées de réflexion, cinq secteurs de l’action publique seront réunis (Santé, Santé mentale, Culture, Aide sociale, Education permanente) afin de discuter des conditions favorables à l’amorce, l’établissement ou la consolidation de liens inédits.

Plus d’infos :

Heures : 9h à 17 h (activités en soirée) – Lieu : Centre culturel d’Evere, 43 rue de Paris à 1140 Evere – Entrée gratuite (repas à 15 euros) – Renseignements : Pierre Smets (SAS) : 0476/33 29 39 – Christian Marchal ("l’Autre lieu ») : 0477/52 69 81 – Karin Fontaine (Centre culturel d’Evere) : 0487/11 11 34


Les 8,9 et 10 DECEMBRE 2011
Action spéciale mug

Une initiative de la fédération Ressources : le réseau des magasins de seconde main labellisés Rec’Up s’agrandira de cinq nouveaux sites d’ici la fin de l’année (voir ES Infos n°84). Dans ce cadre, chacun(e) est invité(e) à pousser la porte d’un de ces magasins, que ce soit pour acheter un objet ou pour en déposer. Une boisson gratuite et un mug seront offerts.

Plus d’infos :

La liste des points Rec’Up est consultable sur le site Internet : www.rec-up.be


Les 8,9,15 et 16 DECEMBRE 2011
L’économie : une religion des temps modernes ?

Séminaire organisé par le CEPAG : la question peut sembler absurde… Et pourtant : l’économie n’a pas existé de tout temps. Elle a été inventée au XVIIIème siècle. Et, si l’on en retrace la généalogie, il existe de nombreux fils conducteurs entre la pensée chrétienne et la pensée économique. D’où la question : quels liens entre l’économie et la religion ? Pour y répondre, appel sera fait à l’anthropologie et à l’histoire économique afin de rechercher les zones de concordance entre la vie religieuse et la vie économique.

Plus d’infos :

Heures : 8h30 à 17 h - Lieu : Espace Solidarité , 47, rue de Namur à 5000 Beez - Inscription et renseignements : exclusivement par mail et impérativement avant le 2 décembre : dominique.losson@cepag.be


12 DECEMBRE 2011
"Les pauvres font de la politique : mérites et limites de la participation"

Midi-débat organisé par CBCS, FCSS et Agence Alter à l’occasion de la sortie de la publication spéciale intitulée « Les pauvres font de la politique : mérites et limites de la participation » (Bruxelles Informations Sociales, n° 164-165).

Plus d’infos :

Heures : de 12h à 14h – Lieu : Espace Bernier, 40, rue Fernand Bernier à 1060 Bruxelles - Inscription gratuite mais obligatoire, pour le 5 décembre 2011 au plus tard, à l’adresse suivante : info@cbcs.be - Sandwiches et boissons sont prévus sur place.


Les 12 et 13 DECEMBRE 2011
La crise de la dette publique en Europe

Une formation approfondie organisée par le Comité pour l’Annulation de la Dette (CADTM) et l’Observatoire International de la Dette (OID) : crise internationale, crise de la dette en Europe et initiatives en cours en matière d’audit citoyen. Que font les banques et pourquoi la dette qu’elles réclament aux pouvoirs publics est-elle illégitime ? Quel impact spécifique de la dette sur les femmes ? Tels sont quelques uns des thèmes abordés au cours de cette formation.

Plus d’infos :

Heures : 9h30 à 18 h – Lieu : Vertbois, 13C, rue du Vertbois à 4000 Liège – Prix par jour (repas de midi et documentation inclus) : 12 euros (6 euros pour les petits revenus) – Renseignements et inscriptions : pauline@cadtm.org ou 0488/29 81 04


NOUVELLE DATE : 14 DECEMBRE 2011
Groupe de travail "Accès à la profession"

En raison du préavis de grève générale déposé pour le 2 décembre prochain, la fédération CAIPS reporte le groupe de travail "Accès à la profession". Ce sera l’occasion de faire le point sur les différentes notions telles que l’accès gestion, l’agréation et l’enregistrement ainsi que d’analyser les différentes solutions possibles aux problématiques qui pourraient naître du fait qu’une EFT ne peut justifier d’un accès à la profession.

Plus d’infos : Le 14 décembre 2011 de 9h30 à 12h30. Lieu : locaux du Nouveau Saint-Servais, route de Gembloux 500 à 5002 Saint-Servais. Infos et inscriptions : CAIPS : 04/337 89 64.


15 DECEMBRE 2011
Pauvreté et consommation : quel(s) rapport(s) ?

Une formation-réflexion organisée par Culture&Développement ASBL, en partenariat avec SAW-B et la Fédération des Maisons médicales : dans une société d’abondance où la consommation est poussée au paroxysme, la pauvreté touche toujours plus de personnes. Face à ce modèle, des alternatives, des ripostes se développent de manière individuelle, au sein de petits groupes, ou de manière plus large et organisée. Cette formation –réflexion, destinée plus particulièrement aux animateurs et personnes-relais dans le secteur associatif, se penchera sur ces aspects.

Plus d’infos :

Heures : 9h30 à 16h30 – Lieu : Salle Les Cayats – Site de Monceau-Fontaines, 42/1, rue de Monceau-Fontaines à 6031 Monceau-sur-Sambre – Prix : 15 euros (gratuit pour les personnes membres des associations membres de Culture&Développement) – Renseignements et inscriptions au plus tard le 7/12 : Caroline Leterme : 087/44 65 05 ou coordination@cultureetdeveloppement.be


17 DECEMBRE 2011
Les samedis du cinéma

Cycle de cinés-débats sur le thème « Le travail en question » organisé par ATTAC, SAW-B et le Ciné Le Parc : « LE TRAVAIL EN QUESTION », un documentaire de Caroline Poliquin… Ce film décrit l’évolution des conditions de travail et illustre la nécessité de les repenser. Il sera suivi d’un débat sur le thème : « Que nous permettrait une réorganisation du temps de travail ? A quelles conditions ? », animé par Luca Ciccia, chargé de projet à SAW-B.

Plus d’infos :

Heure : 9 h 45 - Lieu : Ciné Le Parc, 58 rue de Montigny, 6000 Charleroi –
Prix des places : 5,3 euros la séance,prix réduit pour article 27 - Programme complet : http://www.cineleparc.be/evenements/samedis-cinema/ - Tél. 071/31 71 47 – Courriel : sregniers@cineleparc.be


DECEMBRE 2011
Formations de la Boutique de gestion

Tout au long du mois de décembre 2011, la Boutique de gestion organise plusieurs formations en Gestion financière, Comptabilité, Gestion sociale et Gestion des Ressources humaines.

Plus d’infos :

Inscription et réservation sur le site Internet : http://www.boutiquedegestion.be/boutique-de-gestion_Bienvenue-aux-acteurs-de-plus-value-sociale_formations.php

Imprimer l’Article
imprimer


Une newsletter publiée par SAW-B avec le soutien de la Wallonie

ANNUAIRE DE L’ÉCONOMIE SOCIALE