L’économie sociale en 1’30


Un outil com à votre service !
CETTE VIDEO EST LIBRE DE DROIT.
Vous trouverez la vidéo à partager ou réutiliser sur notre page facebook, ou sur notre chaîne Youtube.

S'inscrire

SAW-B, fédération d’économie sociale, rassemble les hommes et les femmes qui construisent une économie centrée sur le respect de l’humain et de l’environnement et non sur le profit

Accueil > ACTUALITE > Reconnaitre les entreprises sociales : sur base de quelles pratiques (...)

Reconnaitre les entreprises sociales : sur base de quelles pratiques spécifiques ?

Quand elles choisissent de mettre l’activité économique au service de l’utilité sociale, les entreprises sociales se démarquent des acteurs économiques habituels. Cela se traduit dans des choix de gestion spécifiques, pour créer de la valeur et la distribuer ou encore organiser la gouvernance de l’entreprise.

Dans la déclaration de politique régionale de 2014, la Wallonie a annoncé son soutien à ces entreprises de l’économie sociale. C’est à ce titre que le Ministre de l’économie sociale de l’époque (Jean-Claude Marcourt) a commandé une étude avec un double objectif : d’abord recenser les pratiques de gestion spécifiquement mises en œuvre par les entreprises d’économie sociale et analyser les impacts de ces pratiques ; ensuite envisager les manières dont ces pratiques pourraient et devraient être reconnues et évaluées.

L’étude est aujourd’hui bien avancée. Elle s’appelle SECOIA pour Social ECOnomy Impact Assessment et est menée par le Centre d’économie sociale de l’ULg avec SAW-B, le Centre de recherches Spiral (Département de Sciences Politiques, ULg) et l’ASBL CIRIEC. Après avoir longuement rencontré une centaine d’acteurs de l’économie sociale, d’acteurs périphériques (fédérations, agences-conseil, …) et d’entreprises classiques, l’équipe publie un rapport intermédiaire disponible ici.

En résumé, les acteurs de l’ES et les chercheurs identifient trois familles de pratiques spécifiques, chacune déclinée en deux catégories :

  • L’affectation non capitaliste du surplus, avec une affectation explicite mais aussi implicite du surplus
  • La démocratie économique avec l’attribution de la qualité de membre et tout ce qui relève du mode de gestion démocratique et du pouvoir votal
  • La mixité des ressources, tant pour attirer des ressources non marchandes (aides publiques, crowdfunding, mutualisation, …) que pour mobiliser des ressources implicites (càd des rémunérations auxquelles renoncent une série de parties prenantes).

Poursuivre le travail entamé constitue un défi pour les acteurs de l’économie sociale (fédérations et entreprises). A eux de s’emparer de ces résultats et de poursuivre sur la voie ainsi ouverte !

SAW-B SOLIDARITÉ 

DES 

ALTERNATIVES 

WALLONNES ET 

BRUXELLOISES . 42/6 rue de Monceau-Fontaine . 6031 Monceau-sur-Sambre . 071 53 28 30


Site réalisé avec Spip par Cassiopea asbl Suivre la vie du site RSS 2.0