ES-Infos

Newsletter de l’Économie Sociale

Découvrez chaque mois l’actualité de l’économie sociale

Gérer vos abonnements
Télécharger l'ES-Info
(PDF – 211.2 ko)
<< Retour au sommaire

Mai 2014- n°109

Actu des entreprises

HANDICAP

Travail en prison : les ETA tirent la sonnette d’alarme

Les Entreprises de Travail Adapté (ETA) voient rouge : le travail des prisonniers à des tarifs défiant toute concurrence met en danger leur activité. Cette problématique n’est pas neuve, mais revient sur le devant de la scène avec la récente politique commerciale adoptée par la régie des prisons.

L’objectif de la régie pénitentiaire est de fournir davantage de travail aux détenus et d’attirer de nouveaux clients à des prix cassés, et ce dans de nombreux domaines d’activités où les ETA sont également actives (emballage, conditionnement, manutention, etc.).

Inacceptable pour les ETA, qui invoquent des pratiques de concurrence « déloyale ». En effet, le coût du travail des personnes handicapées est trois fois plus élevé que celui des détenus. Il est anormal qu’une prérogative du pouvoir public (en l’occurrence fournir un travail valorisant aux détenus) se fasse au détriment des travailleurs peu qualifiés, estiment-elles. Le risque est d’assister à une précarisation accrue de ces emplois.

Les ETA reconnaissent que le travail est un vecteur d’intégration dans la société, tout aussi utile pour les travailleurs handicapés que pour les détenus. Néanmoins, cette activité ne doit pas se faire au détriment des entreprises qui emploient des personnes souffrant d’un handicap. La réinsertion des personnes handicapées et celles des détenus sont des politiques qui doivent être menées de concert par les pouvoirs publics, il serait regrettable d’avantager l’une au détriment de l’autre.

Et de pointer du doigt le manque de règlementation relative aux conditions de travail des détenus : absence de contrat de travail, salaire minimum non garanti, absence de protection sociale et de cotisation pour la pension. A l’inverse, les prix pratiqués par le secteur du travail adapté intègrent les salaires des travailleurs, les cotisations patronales et tous les autres coûts patronaux liés au coût normal du travail. Pour les ETA, il est choquant de constater que l’Etat fédéral impose des règles de plus en plus strictes aux entreprises alors qu’il s’avère incapable de se les appliquer à lui-même lorsqu’il agit comme acteur économique.

Afin d’éviter toute distorsion de concurrence entre les centres pénitentiaires et les autres entreprises actives dans le domaine, les représentants du secteur ont décidé d’interpeller les Ministres de la Justice et de l’Emploi. A travers leur mémorandum, ils prônent la mise en place d’un mécanisme qui permettrait d’aligner les prix pratiqués par les prisons sur les prix du marché.

Plus d’infos : EWETA : Tél. : 071/29.89.20 – Courriel : secretariat@eweta.be - Site : http://www.eweta.be – FEBRAP – Tél. : 02/262.47.02 - Courriel : info@febrap.be - Site : www.febrap.be – Téléchargez les recommandations du secteur

CONSOMMATION ETHIQUE

Un autre commerce est possible

Organisée chaque année en mai, la journée mondiale du commerce équitable est l’occasion de s’interroger sur nos choix et notre façon de consommer. Nombreux sont ceux qui privilégient encore l’achat au meilleur prix sans prendre en compte les conditions de travail des producteurs. Heureusement, les choses évoluent positivement et le commerce équitable bénéficie d’une visibilité de plus en plus large auprès du grand public.

Le commerce équitable propose une vision radicalement différente des échanges économiques. Son objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Ce système d’échange est basé sur un partenariat entre des distributeurs de pays riches et des producteurs de pays pauvres pour garantir à ces derniers un revenu minimum, indépendamment des fluctuations du marché. Le commerce équitable assure donc une juste rémunération à ces producteurs, pour qu’ils puissent développer leur activité sur du long terme et améliorer leur niveau de vie.

Pour fêter l’événement, c’est au cœur de Liège que la Fédération Belge du Commerce Equitable (BFTF) organise une journée festive et engagée le samedi 10 mai. Celle-ci débutera par un débat « d’ouverture » animé par SAW-B, qui traitera de la question suivante : « les pratiques issues du commerce équitable peuvent-elles inspirer l’économie sociale et les relations entre producteurs et consommateurs au Nord ? ». Mais cette journée se veut également festive, avec au programme des concerts, fanfare, animations pour petits et grands, ventes de produits équitables, etc. La Fédération souhaite profiter de cet événement pour rappeler que les produits que nous consommons quotidiennement (thé, café, cacao, coton, bananes, etc.) sont avant tout la principale source de revenus et donc le moyen de subsistance de millions de personnes dans les pays du sud.

Née en 2010, BFTF rassemble des entreprises et des associations actives dans le secteur du commerce équitable en Wallonie et à Bruxelles.

Plus d’infos  : BFTF – Courriel : info@bftf - Site : http://www.bftf.be – Retrouvez également toutes les informations sur la nouvelle page Facebook de la fédération

INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE

"Radio Moulin", un autre regard sur le travail

Au fond, qu’est-ce que le travail ? Quel regard notre société porte-elle sur ceux qui n’ont pas d’emploi ? Combien prennent le temps d’y réfléchir ? C’est sur ces questions que se sont penchés les stagiaires de l’entreprise sociale Au four et au moulin (AFAM ASBL).

Cette Entreprise de Formation par le Travail (EFT) dispense des formations pour demandeurs d’emploi axées sur la pratique et sur la mise en situation de travail réel. Durant 18 mois au maximum, les stagiaires de l’EFT passent la majorité de leur formation à apprendre concrètement le métier de boulanger, vendeur ou employé polyvalent.

Confrontée chaque jour à des demandeurs d’emploi visés par les politiques d’activation, Au four et au moulin a souhaité initier, en collaboration avec le pôle éducation permanente de SAW-B, une démarche de réflexion autour du travail. Cette réflexion a d’abord pris la forme d’animations, où les stagiaires ont pu s’interroger sur la place du travail dans notre société, mais aussi sur l’absence de travail, l’économie sociale, le rôle de l’action collective dans le contexte actuel ou encore les origines du droit aux allocations de chômage.

Dans un second temps, un groupe s’est constitué sur base volontaire pour poursuivre la démarche. SAW-B a alors noué un partenariat avec le CTV-Médias, ASBL, spécialiste de la radio participative. Ce qui a permis aux stagiaires de réaliser des interviews et micros-trottoirs auprès de diverses personnes. You FM, radio universitaire montoise, a pu les accueillir dans ses studios le temps d’une émission en direct intitulée « Radio Moulin ». Et ceux-ci se sont transformés en véritables journalistes ! A travers différents reportages, ils ont partagé leurs regards et interrogations sur le monde du travail et sur l’absence de travail. Un regard qui ne peut que nous interpeller, tant le travail traverse une crise de sens dans nos sociétés contemporaines.

L’ensemble des productions réalisées par les stagiaires sont disponibles sur le site de SAW-B. La suite ? Une deuxième émission est en préparation !

Plus d’infos  : Au four et au Moulin – Site : http://www.afam.be/ - CTV médias – Site : http://www.ctv.be – You FM – Site : http://www.youfm.be/ – SAW-B – Site : http://www.saw-b.be

COOPERATIVE CITOYENNE

Libérer le potentiel de la petite hydroélectricité

Dans le cadre du projet européen RESTOR Hydro, une coopérative citoyenne active dans le domaine de l’hydro-énergie va voir le jour en Wallonie.

RESTOR (Renewable Energy Sources Transforming Our Regions) Hydro a pour ambition de faire progresser la production d’énergies renouvelables à partir de petites centrales hydroélectriques. Son objectif est d’identifier et de réhabiliter les sites plus propices pour, ensuite, en assurer la restauration.

Il existe en effet en Europe des milliers d’anciens moulins, de seuils inutilisés et d’anciennes centrales hydroélectriques non productives, ce qui représente aujourd’hui un potentiel inutilisé. La remise en exploitation de ces sites permet la production d’une énergie renouvelable proche des lieux de consommation et généré ainsi des économies de réseau. Pour y parvenir, la coopérative citoyenne est un modèle tout indiqué pour dynamiser l’économie locale.

Située dans le Condroz, la coopérative citoyenne est en cours de création afin d’assurer le financement et la gestion du projet de réhabilitation. Trois sites ont été sélectionnés sur base de critères énergétiques, patrimoniaux et environnementaux (situés dans les communes de Clavier et Marchin). L’engouement citoyen a été un facteur déterminant à la réussite du projet.

RESTOR Hydro publie également un guide pour créer une coopérative autour d’un projet de restauration ou d’équipement de petites centrales hydroélectriques.

Plus d’infos : RESTOR Hydro – Site : http://www.restor-hydro.eu – APERe – Site : http://www.apere.org

FINANCE SOLIDAIRE

101 idées pour une finance responsable et solidaire

Cela fait plus de 25 ans que le Réseau Financité plaide pour une finance au service de l’humain et de la société. En vue des élections législatives belges et européennes, le Réseau a identifié une centaine de recommandations à partir desquelles les différents partis politiques sont appelés à se positionner.

Au fil des années, le système financier s’est progressivement déconnecté de l’économie réelle. L’opacité qui en résulte rend plus difficile encore le contrôle de ses acteurs et mécanismes par les autorités compétentes. Pour le Réseau Financité, il est urgent de simplifier ce système, de réduire la taille des banques et de freiner la spéculation. C’est pourquoi, il demande aux autorités européennes de voter une séparation stricte entre banque d’affaires et banque de dépôt pour que les citoyens et les États n’aient plus à supporter les prises de risques inconsidérées de certains acteurs du système.

Le Réseau soutient aussi l’investissement des capitaux dans des projets qui favorisent une croissance durable. Mais, bien que des obligations en matière de transparence existent, il est encore aujourd’hui difficile, pour l’investisseur, de savoir dans quels projets, entreprises ou États sont alloués ses capitaux. De même, le Réseau plaide pour davantage de transparence sur les fonds dit « éthiques ». L’Investissement Socialement Responsable (ISR) permet encore trop de commercialiser un produit financier et de le qualifier d’« éthique », « social », « vert » ou « durable ». Une absence de norme qui pourrait mener à certaines dérives. L’ISR a donc besoin d’un vrai cadre légal.

L’inclusion financière mérite aussi d’être renforcée. L’accès et l’utilisation des produits et services financiers doivent être adaptés aux besoins de chacun. Ce qui suppose des produits bien compris par les usagers afin que ceux-ci puissent prendre les bonnes décisions. Le Réseau demande de renforcer la qualité des données de la Centrale des crédits aux particuliers pour qu’elle remplisse mieux son rôle de lutte contre le surendettement. Il appelle les autorités fédérales et régionales à soutenir des programmes de micro-épargne, en particulier auprès des personnes à bas revenus,

Autre recommandation : un meilleur soutien aux projets de monnaies complémentaires. Ces initiatives, en hausse en Belgique depuis quelques années, s’ancrent au cœur de l’économie réelle, stimulent l’économie locale, réinstaurent de la solidarité dans les échanges et créent davantage de liens. Toutefois certains freins institutionnels subsistent. Le Réseau prône l’adaptation du cadre légal pour donner la possibilité de payer une partie des salaires ou des avantages extra-légaux avec ces monnaies citoyennes.

Enfin, il s’agit de davantage responsabiliser le secteur financier, responsable de la crise que nous connaissons. Force est de constater que l’autorégulation par le secteur lui-même ne fonctionne pas. Le Réseau prône donc une évaluation publique des banques par un audit indépendant.

Plus d’infos : Réseau Financité - Courriel : info@financite.be – Site : www.financite.be – Téléchargez le mémorandum

Une newsletter publiée par SAW-B avec le soutien de la Wallonie