Notre site va connaître un coup de frais. A découvrir bientôt !

ES-Infos

Newsletter de l’Économie Sociale

Découvrez chaque mois l’actualité de l’économie sociale

Gérer vos abonnements
<< Retour au sommaire

Mai 2015 - n°119

Actu des entreprises

UNION DE L’ENERGIE

Une nouvelle collaboration énergétique entre l’Europe et ses citoyens

Adoptée par la Commission européenne en février 2015, la stratégie « Union de l’énergie » constitue l’une des 10 priorités que se fixe l’Europe. Celle-ci veut son énergie sûre, abordable et durable (privilégiant le renouvelable et la diminution de la consommation). Cette vision annonce en effet être une Union de l’Energie « dans laquelle [le citoyen] prend à son compte la transition énergétique, tire avantage des nouvelles technologies pour réduire sa facture et prend une part active au marché ».
Cette déclaration n’a pas manqué d’attirer l’attention des coopératives éoliennes et autres acteurs des énergies citoyennes !

Cooperatives Europe, Rescoop et d’autres associations du secteur se réjouissent de cette annonce et soutiennent activement cette vision.Toutefois, elles constatent que l’Union Européenne se réfère essentiellement aux acteurs conventionnels du marché de l’énergie. Dès lors, pour que la vision européenne du rôle des citoyens s’intègre à une stratégie et se traduise réellement en actes, elles attirent l’attention de l’Union sur plusieurs points. Notamment la nécessité d’assurer une place sur le marché de l’énergie pour les nouvelles formes d’entreprises telles que les coopératives citoyennes et les protéger des abus de pouvoir des autres acteurs. Ou encore celle d’encourager les citoyens à répondre par eux-mêmes à leurs besoins énergétiques, tout en ayant également le souci de leur communauté locale (cohésion sociale, développement rural, …).

Plus d’infos : Présentation de l’Union de l’énergieSite de l’Alliance Coopérative InternationaleRéaction conjointe du secteur des énergies coopératives et citoyennes

ASSOCIATIONS ENVIRONNEMENTALES

Cri d’alerte à Bruxelles et en Wallonie

Inter-environnement Bruxelles a tiré la sonnette d’alarme. Ses subsides sont divisés par deux en 2015 et creusent un trou tel dans son budget que l’association se retrouve en déficit. Si Céline Fremault, Ministre de l’Environnement, annonce une réduction globale de 15% de ses subventions, les faits révèlent des coupes nettement plus drastiques, ce qui met en péril des emplois et l’existence-même de plusieurs associations environnementales. En témoignent le réseau des GASAP et l’association bruxelloise d’éducation à l’environnement et de sensibilisation à la nature urbaine, Apis Bruoc Sella.
Les associations et l’opposition ne manquent pas d’interpeller la Ministre. A la fois pour lui rappeler l’impact qualitatif de ces associations et pour lui demander de justifier ses choix et évaluations.

En Wallonie, le scenario diffère mais produit des résultats similaires. Inter-environnement Wallonie et le Réseau Idée annoncent que bon nombre d’associations environnementales sont au bord de l’asphyxie. Outre les (minimum) 15% d’économie budgétaire sur les subventions facultatives imposés dans bon nombre de ministères, les subventions ne sont pas toujours versées aux associations. En effet, le « Fonds énergie et développement durable » dispose de 1.8 millions d’euros pour soutenir l’action de ces associations environnementales mais faute d’accord gouvernemental sur la façon d’affecter ces aides, celles-ci sont gelées.

Plus d’infos : Communiqué de presse d’Inter-Envrironnement Wallonie- Communiqué de presse d’Inter-Environnement BruxellesArticle publié par Alter Echos

Une newsletter publiée par SAW-B avec le soutien de la Wallonie