Le Pôle Conseil accompagne vos projets

Accompagné par SAW-B et soutenu par Impulcera, Olivier Bringard est un entrepreneur social dynamique et engagé. Entre La Louvière, Mons et Charleroi, Le Coursier Montois vous livre des bougies Amnesty, des colis variés et des courriers.

Découvrez son site.
S'inscrire

SAW-B, fédération d’économie sociale, rassemble les hommes et les femmes qui construisent une économie centrée sur le respect de l’humain et de l’environnement et non sur le profit

Accueil > Etudes & Animations > Impact social > VISES - Valorisons ensemble l’IMPACT SOCIAL de l’Entrepreneuriat (...)

VISES - Valorisons ensemble l’IMPACT SOCIAL de l’Entrepreneuriat Social

La valorisation de l’impact social au-delà des chiffres

Dans une société en quête de rentabilité, le terme d’impact social a la cote. Impact social par-ci, impact social par-là, on nous le sert à toutes les sauces, sans forcément en donner une définition précise, ni en expliquer l’origine. Serait-ce un terme dénué de substance, à reléguer au rang de novlangue ? Ou reflète-t-il une réelle volonté de la société civile de reconsidérer l’équilibre de l’entreprise dans son écosystème ? Début de réponse avec le projet VISES.

Prenant le contre-pied des pratiques d’évaluation qui s’appuient sur des processus de quantification voire de monétarisation de faits sociaux, particulièrement prisées dans un contexte d’optimalisation des finances publiques, le projet VISES n’entend pas réduire l’impact social d’une entreprise à des tableaux croisés. Après tout, la cohésion sociale, ça ne se résume pas à une succession de chiffres !

A travers une démarche d’évaluation sur-mesure, VISES invite l’entreprise à se poser, à se questionner et à s’ajuster pour mieux progresser. Ce processus étudie notamment l’adéquation entre les missions et les actions de l’entreprise, donne de la valeur et met en exergue le sens du travail réalisé.
Dès lors, s’emparer de la question de l’évaluation d’impact social permet d’affirmer ses spécificités, sa vision de la société, d’améliorer ses pratiques et de mettre en lumière sa valeur ajoutée et sa plus-value sociétale.

Ici, l’évaluation d’impact social est perçue comme multifactorielle et concerne autant l’économique que le social, le territoire et l’environnement. La volonté est d’étudier les externalités d’une organisation, c’est-à-dire l’ensemble des effets qu’elle induit sur son écosystème. En l’occurrence, qu’est-ce qu’une entreprise de l’ESS apporte au dynamisme de son territoire et au bien-être de ses habitants ?

L’IMPORTANCE DE CO-CONSTRUIRE

La particularité du projet VISES réside dans la co-construction grâce à un aller-retour constant entre la recherche et le terrain. La démarche d’évaluation part de l’existant (les travaux de recherche déjà menés sur ce thème) et s’ajuste aux réalités des entreprises participantes. Elle prend donc en compte les spécificités des entreprises sociales, c’est-à-dire leurs manières de faire, et contribue ainsi à une réappropriation des enjeux d’évaluation de l’impact social au prisme des valeurs qu’elles défendent.

Par ailleurs, elle associe les parties prenantes de l’entreprise (qui peuvent être les clients, fournisseurs, financeurs, travailleurs, personnes accompagnées…) en les impliquant dans les différentes étapes du processus.

Dans cette même logique, une des forces du projet est son vaste ancrage territorial. En effet, il associe à la fois la recherche, les financeurs, les entreprises et les pouvoirs publics et réunit de ce fait 22 partenaires français, wallons et néerlandophones et 68 entreprises testeuses. De par son aspect transfrontalier, VISES est confronté à une diversité de législations, de logiques de financement, de considérations politiques. Pour autant, la force du projet est de dépasser toutes ces disparités en montrant l’unité des entreprises d’économie sociale et solidaire au-delà des frontières.

UN PROCESSUS EN 3 ÉTAPES

Concrètement, en 2016, les partenaires du projet ont co-construit une démarche de valorisation d’impact social en 3 étapes, se basant sur des travaux pratiques et théoriques existants. En 2017 et 2018, la démarche a été testée auprès de 68 entreprises.

En 2019, l’ambition du projet est de diffuser les enseignements de 3 années de travail et de donner envie aux entreprises de l’économie sociale et solidaire d’investir la question de l’impact social. Pour ce faire, les partenaires proposent différents supports.
Une capsule vidéo permettant aux entreprises de l’ESS de se familiariser à la notion d’impact social a été réalisée fin 2017.

Fin 2018, 6 capsules vidéos illustrant des témoignages d’entreprises participantes ont aussi vu le jour. On y découvre à la fois des anecdotes, mais aussi l’importance de prendre conscience de son impact social ou d’entamer un processus de réflexion sur sa stratégie.

Au niveau politique, un mémorandum de valorisation d’impact social a également été rédigé.

Pour faciliter l’appropriation de la thématique et s’approprier les étapes clefs de la démarche, des modules de sensibilisation et de formation vont se tenir dans les prochains mois.
En fin d’année, un cahier thématique verra le jour avec pour ambition de donner envie aux entreprises de l’ESS de se lancer dans l’aventure. Et pour finir en beauté, les 3èmes Rencontres de l’Impact Social (RIS) sera organisée le 28 novembre prochain à Lille.

L’IMPACT SOCIAL : UNE QUESTION DE BON SENS ?

Pour conclure, le projet VISES insuffle avant tout une dimension humaine à la notion d’impact social. Un paramètre qui fait cruellement défaut aux démarches d’évaluation purement quantitatives dont l’instrumentalisation ne sert souvent qu’à légitimer des logiques de gestion qui vont à l’encontre des principes de cohésion sociale, plutôt que de soutenir des pratiques de bon sens dont la plus-value effective n’est pourtant plus à prouver.

VISES démontre que les entreprises d’économie sociale et solidaire mettent un point d’honneur à répondre à des besoins sociaux réels, tout en travaillant le plus harmonieusement possible avec l’ensemble des acteurs de leur écosystème, dans une logique de co-construction et de non-concurrence. Une réalité sociale qui n’est pas forcément quantifiable, mais qui n’en demeure pas moins indispensable. Du bon sens dont devrait en tous les cas s’inspirer l’entrepreneuriat classique, tant il présente des avantages pour l’équilibre économique et social d’un territoire.

Envie d’en savoir plus sur le projet ? Rendez-vous sur http://www.projetvisesproject.eu/ !



CONTACT : Joanne Clotuche / 0478 792 701


SAW-B SOLIDARITÉ 

DES 

ALTERNATIVES 

WALLONNES ET 

BRUXELLOISES . 42/6 rue de Monceau-Fontaine . 6031 Monceau-sur-Sambre . 071 53 28 30


Site réalisé avec Spip par Cassiopea asbl Suivre la vie du site RSS 2.0